(Vous pouvez lire au format PDF Les Raboteurs (PDF, 600 Ko).
Clic droit + "enregistrer sous" pour télécharger le PDF).


Devant le tableau de Caillebotte trois comédiens, torse nu dans les positions identiques aux raboteurs.



Rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.


R1 : Ce sang tout ce sang. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps plus long.

R1 : Ce sang tout ce sang. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps encore plus long.

R1 : Ce sang tout ce sang. On a beau frotter…
R2 : Ca ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal.
R1 : On a mal de toute notre âme.
R2 : On a mal de toute notre âme.
R3 : On a mal de toute notre âme.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 : Si on pouvait raboter nos vies.
R2 : Si on pouvait… raboter nos soucis !
R1 : Si on pouvait raboter nos ennuis.
R2 : Si on pouvait raboter nos envies.
R3 : Ca changerait quoi ?
R1 : … Beaucoup de choses.
R2 : Oh ! Des tas de choses.
R3 : Quoi par exemple ? Allez-y !
R1 : Moi j’aurais parlé en chantant et vieilli en rêvant.
R2 : Moi j’aurais fait les vagues aux oiseaux j’aurais fait des nuages aux plantes j’aurais… changé la nature.
R3 : Je vous parle de l’existence et vous me parlez de rêves.
R1 et R2 (en chœur): Et alors c’est lié.
R3 : Moi ce qui m’intéresse c’est de savoir à qui est ce sang. Mais ça c’est comme le reste on ne le saura jamais.
R1 et R2 (en chœur): Les réponses sont dans les rêves.
R3 : Moi ce qui m’intéresse c’est de savoir à qui est ce sang.
Mais ça c’est comme le reste on ne le saura jamais.
R1 et R2 (en chœur): Les réponses sont dans les rêves.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.


R1 : Ce sang tout ce sang. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir.
R1 : Ce sang tout ce sang. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal…
R1 R2 R3 (en chœur): De tout notre drame !

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage pour R1 et R2

R1 (à R2) : Dis-lui ! Répète ce que tu m’as dit.

Fin du rabotage pour R3 aussi.



R3 : Quoi alors ?
R1 : Dis lui voyons.
R3 : Répète ou…
R2 : C’est pas du sang.
R3 : Comment ça pas du sang ! Qu’est-ce c’est ?
R2 : …
R1 : Il a dit que c’était du temps.
R3 : Du quoi ?
R2 : DU TEMPS !

Silence
Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir.
R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal…
RI R2 R3(en chœur): De toutes nos larmes !

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 (s’avance): Incapable de me relever.
Incapable de voir les étoiles sur le chemin de la mer.
Incapable de me sauver.
Incapable de fuir ce monde à l’envers.
Incapable !
Je n’ai jamais eu le temps de rien.
J’ai du temps sur les mains.
R2 R3 (chuchotent en chœur) : Incapable !
Colonne vaincue échine tordue.
Passé sans enfance
Emportez nos offenses.
Incapable !
R2 R3 (chuchotent en chœur) : Incapable !
Farandole de squelettes.
Entrez dans la danse à en perdre la tête.
R2 R3 (chuchotent en chœur): Incapable !
J’ai jamais eu le temps de rien.
J’ai du temps sur les mains.

Un temps.

R2 (s’avance à son tour) : A nos fêlures à nos sanglots.
A nos jeunesses livides.
A nos fêlures à nos sanglots.
Sourire le ventre vide.
A nos blessures à nos amours.
R1: A nos fêlures.
R3 : A nos sanglots !
A nos jeunesses livides.
A nos fêlures à nos sanglots.
Abandonné des nôtres
Les veines torrides.
R1: A nos fêlures.
R3 : A nos sanglots !
R1 R2 R3 (en chœur): On a jamais eu le temps de rien. On a du temps sur les mains.

R3 (s’avance ): Aux regrets étendus la bouche en cœur.
Le visage tendu vers des étoiles de sang.
Aux cris perdus d’étranges rumeurs.
La bouche en chœur les bras en sang.
Aux regrets de nos vies.
R1 R2 (chuchotent en chœur) : Eternelles envies.
Aux regrets de nos malheurs.
R1 R2 (chuchotent en chœur): Comète de pleurs.
A nos fêlures à nos sanglots.
Sourire tordu la peau sur les os.
A nos sourires à nos fléaux.
Sourire cru sans peau sur les os.
A nos sourires à nos bourreaux.
Sourire nu peau percée par les os.
Aux regrets de nos vies.
R1 R2 (chuchotent en chœur): Eternelles envies.
Aux regrets de nos malheurs.
R1 R2(chuchotent en chœur): Comète de pleurs.

R1 R2 R3 (en chœur): On a jamais eu le temps de rien. On a du temps sur les mains.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 R2 et R3 se relèvent.



R1 : Ce temps tout ce temps !
R2 : On va le rattraper.
R3 : Adieu belles années.
R1 : Ce temps tout ce temps !
R2 : On va le rattraper.
R3 : Adieu belles années.
R1 : Ce temps tout ce temps !
R2 : On va le rattraper.
R3 : Adieu belles années.

Un temps..

R1 : Mon frère et moi nous venons d’un pays lointain d’un pays où les gens vivent debout.
R3 : Est-ce qu’ils dansent aussi ?
R2: Oui sous les nuages du soir.
R3 : Est-ce qu’il y a des vagabonds ?
R1 : C’est toute la ville qui vagabonde entrelacée.
R3 : Quel beau pays !
R2 : Oui et on en est parti.
R3 : Pourquoi ?
R1 : On a voulu courir plus vite toujours plus vite
R2 : On a voulu boire le feu du ciel.
R1 : On a voulu gagner du temps. Pousser des cris immortels.
R2 : Donner le temps à manger à la lune. Donner du vent à boire au sang.
R1: On a pris la fuite. Courir courir courir courir courir toujours plus vite.
R1 : Et toi ?
R3 : J’ai pris la fuite aussi mais pas du même pays.
Mon ciel était plus gris.
Mon heure un bonheur sombre
Une tumeur d’ombre.
C’était mon heure de douleur.
Mon heure d’aller au combat
Mon heure de jouer au soldat.
C’était mon heure d’effroi.
Mon heure des adieux
Mon heure des coups de feu
L’heure de l’oubli.
J’ai pris la fuite aussi mais pas du même pays.
Mon ciel était plus gris
Et les heures aussi.

Ils retournent à leurs places et se remettent à raboter.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir.
R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal.
R1 R2 R3 (en chœur): On a mal de toute notre âme.
R1 : On a mal au cœur.
R2 R3(en chœur): Rouge douleur.
R1 : On a mal On se meurt.
R2 R3(en chœur): Rouge malheur.
R1 : On a mal en pleurs.
R2 R3 (en chœur): Rouge laideur.
R1 : On a mal comme des chiens rouges.
R2 R3(en chœur): A feu et à sang.
R1 : On a mal en martyr on a mal à mentir on a mal noir on a mal sans gloire on a mal à vif on a mal de mille canifs. On a mal…
Un temps long.

R1 : Si on pouvait raboter les serments.
R2 : Si on pouvait raboter nos tourments.
R3 : Si on pouvait raboter nos jugements.

Reprise du rabotage.
Fin du rabotage.
Un temps.

R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir.
R1 : Ce temps tout ce temps. On a beau frotter…
R2 : Ça ne partira jamais.
R3 : On ne va pas sang sortir. On a mal.
R1 R2 R3 (en chœur): On a mal de toute notre âme.
Un temps

R1 R2 R3 : On ne vit qu’en saignant…